FacebookLinkedInTwitterYouTube
Téléphone 514.707.2222
La chiropratique est reconnue comme la thérapie la plus sécuritaire et naturelle qui existe pour le traitement des maux de tête, de cou et de dos. Cette pratique a un excellent profil de sécurité. Parcontre, aucun traitement médical n'est complètement libre de tout potentiel d'effets non-désirés. Même les médicaments en vente-libre comportent des risques.

La plupart des patients ressentent un soulagement immédiatement après un ajustement, parcontre, certains peuvent ressentir un incomfort temporaire,une raideur, et une légère enflure. Certains peuvent aussi éprouver un étourdissement temporaire, un engourdissement local, ou une douleur irradiante. Toutefois, ces effets non-désirés sont typiquement minimes et de courte durée.

Les recherches les plus récentes


L'ajustement cervical est une procédure très précise, généralement effectuée manuellement, aux articulations du cou. Ces ajustements sont appellés à améliorer la mobilité des articulations et à restaurer l'ampleur des mouvements et réduire les spasmes musculaires, pour ainsi soulager les tensions et pressions. Les patients en général, remarquent une réduction de douleur, inconfort, et raideur et une amélioration de mobilité.

À de rares occasions, les ajustements (particulièrement aux 2 premières vertèbres de la colonne) ont été associés à des accidents vasculaires cérébraux (AVC), ou aux symptômes de ces derniers. Ce risque est considérablement minime en comparaison avec les risques potentiels associés à la prise à long terme de médication sans prescription et même à la prise d'annovulants. Les cas estimés varient entre 1% et 2% par millions d'ajustements effectués, selon le comité de recherche.

Une publication a été transmise et publiée en février 2002 dans les Annales de la Médecine Interne, qui est le journal du Collège des Médecins Américains, répertoriant plus de 160 rapports et recherches sur la chiropratique. Voici un énoncé de cette publication concernant les ajustements cervicaux : La rareté apparente sur les cas de complications rend très difficile de mesurer l'amplitude des risques de complexités. Aucune complication n'a été répertoriée dans plus de 73 études cliniques contrôllées ni dans aucun cas potentiel évalué à ce jour1.

Une étude canadienne, publiée en 2001 dans le journal médical des accidents vasculaires cérébraux (AVC), conclue elle aussi que les AVC associés aux ajustements cervicaux sont si rares qu'il est difficile de calculer un ratio de risque précis2.  L'étude a été effectuée par Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES), et les auteurs ont révélé que  les faits à date indiquent que les risques associés à la manipulation chiropratique du cou sont à la fois minimes et estimés de façon imprécise. Le niveau de risque estimé est moindre que les risques associés à la médication vendue avec prescription.

La plus récente étude sur la corrélation entre les manipulations du cou et les AVC est une recherche biomécanique pour déterminer l'impact, si il y a, que l'ajustement peut produire sur l'artère de la vertèbre. Les ébauches préliminaires de cette recherche continue indiquent que l'ajustement cervical est fait en respectant le degré de mobilité, et que les chances de rupture mécanique de l'artère vertébrale sont presque inexistantes3

Il existe plusieurs facteurs de risques pour les accidents vasculaires cérébraux (AVC), tel que les problèmes de coagulation sanguine, l'hypertension, l'usage de la cigarette, le taux de cholestérol, la prise d'annovulants, problèmes cardiaques, et traumatismes divers, tel que blessures à la tête lors d'un accident de voiture, blessures sportives ou chutes. Les AVC sont parfois spontannés, sans signes précurseurs ni cause évidente. L'historique médical du patient ainsi que ses activités journalières doivent à ce moment être examinées méticuleusement pour déterminer la cause probable de l'AVC.

Consentement en bonne connaissance de cause

Selon la loi, avant même de commencer les traitements, tous les professionnels de la santé sont dans l'obligation d'obtenir un consentement éclairé des patients. Ces derniers doivent recevoir de l'information adéquate et précise, de façon à ce qu'ils puissent prendre une décision avertie quant aux choix de traitements, ainsi qu'effectuer une évaluation avisée des risques et bénéfices associés à ces derniers. La profession chiropratique prend cette responsabilité très au sérieux et est un leader dans l'obtention de ce formulaire de consentement.

Recherche continue

Les chercheurs en chiropratique sont impliqués dans l'étude des bénéfices et risques des ajustements de la colonne, pour les traitements de douleurs au cou et au dos, à travers des expériences cliniques, ainsi que par différentes littératures. Par exemple, la Profession Chiropratique Canadienne est associée à un organisme international et multi-disciplinaire sur la santé des os et articulations (World Health's Organization's Bone and Joint Decade Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders). Une de leurs études en cours mise sur la sécurité des ajustements cervicaux. Ceci est un exemple de recherche continue, qui assure que les soins prodigués sont le plus efficaces et sécuritaires possible.



References:

1. Herzog W, Symons BP, Leonard T. Internal forces sustained by the vertebral artery during spinal manipulative therapy. Journal of Manipulative Physiologics and Therapeutics. Oct. 25 2002 (8): 504-10

2. Rothwell DM, Bondy SJ, Williams JI. Chiropractic Manipulation and Stroke: A Population-Based Case-Control Study. Stroke. May 2001.
3. Meeker WC, Halderman S. Chiropracic: A Profession at the Crossroads of Mainstream and Alternative Medicine. Annals of Internal Medicine. February 5, 2002, Vol. 136, No. 3.
0
0
0
s2smodern
S'inscrire à l'infolettre
Please enter your name!
Please enter your email!
Go to top